• Accueil
  • Qu’est ce que la Grande Loge Symbolique des Gaules et d’Armorique ?
  • Suprême Conseil
  • Souverain Sanctuaire

              Souverain Sanctuaire

  

Le Souverain Sanctuaire des Gaules et d’Armorique constitue le sommet de la Pyramide.

Il est à la fois le Gardien du Rite, le Régulateur de la Justice distributive, c'est-à-dire de l’Harmonie, ainsi que l’instrument qui diffuse l’enseignement hermétique de l’Ordre.

 

Il est présidé par un Grand Maître Général, 97ème Degré, appelé « Grand Hiérophante », successeur légitime du Superum de Venise, dont patente fût donné en 1966.

Le Souverain Sanctuaire est composé de neuf membres, tous titulaires du 95ème Degré, lesquels assurent la gestion des ateliers de perfection des 34ème au 90ème Degré (spécificité des Rites Egyptiens, et plus particulièrement du Rite Oriental Antique et Primitif de Misraîm et Memphis).

Les titulaires des Degrés du 34ème au 94ème se réunissent sous la bienveillante autorité d’un Grand Inspecteur, Président du Grand Consistoire des Gaules et d’Armorique.

Enfin, un des membres du Souverain Sanctuaire, délivré de tout mandat et garant de neutralité, occupe les fonctions de Grand Régulateur, Président de la Cour Suprême de Justice Maçonnique. Sa saisine constitue l’ultime recours après la comparution devant un Grand Tribunal (pour le Suprême Conseil), ou un Jury fraternel (pour la Grande Loge Symbolique).

Tout comme les membres du Suprême Conseil, les membres du Souverain Sanctuaire ont vocation à assister de manière assidue aux travaux des loges des trois premiers degrés, mais aussi à ceux des ateliers de perfection dont ils dépendent. Ceci constitue la garantie osmotique liée aux exigences de tout Ordre Initiatique.

 

 

 

§§§§§§§§§§§§§

 

 

 

Grande Hiérophanie

 

 

Le Président du Souverain Sanctuaire, Grand Maître Général, pour mener à bien la charge qui lui a été confiée, s’entoure de huit sages constituant le Sanctuaire, parmi lesquels un membre a autorité sur le Grand Consistoire, un autre sur le Suprême Conseil, un autre encore sur la Grande Loge Symbolique, et enfin un autre sur la Cour Suprême de Justice.

La Grande Hiérophanie qui signifiait dans l’Egypte ancienne « Grande Prêtrise », consiste à se vouloir le Gardien du Rite, la Source de Transmission et le Garant de la Filiation.

Si les textes fondateurs lui donnent les pleins pouvoirs, l’exercice de sa charge a aujourd’hui évolué et les Décrets pris par lui émanent, dans leur quasi-totalité, de la décision collégiale du Souverain Sanctuaire.

 

§§§§§§§§§§§